Parlons-en

5 raisons pour lesquelles les bâtiments commerciaux consomment tant d'énergie

5 raisons pour lesquelles les bâtiments commerciaux consomment tant d’énergie

Lorsque vous songez aux plus grands responsables de la crise mondiale du climat, qui vous vient à l’esprit? Voyez-vous des images de cheminées industrielles et d’autoroutes bondées? Quoique vous n’ayez pas vraiment tort (ce sont bel et bien des sources de pollution), saviez-vous que les bâtiments sont parmi les plus grands émetteurs de dioxyde de carbone?

En fait, le Programme des Nations Unies pour l’environnement cite les immeubles, de même que leur construction, comme étant responsables de 36 % de la consommation mondiale d’énergie. Aux États-Unis, ce chiffre atteindrait même 40 %.

Pourquoi les bâtiments commerciaux?

Avant de plonger dans le vif du sujet, clarifions d’abord ce que nous entendons exactement lorsque nous parlons de « bâtiments commerciaux ». Les bâtiments commerciaux comprennent entre autres les bureaux, les établissements d’enseignement et de santé, les hôtels et les commerces de détail.

 

Il est facile d’imaginer pourquoi les bâtiments commerciaux consomment autant d’énergie lorsque l’on considère qu’ils fonctionnent comme des villes intérieures miniatures. Non seulement ils sont dotés de vastes aires ouvertes et de tout un éventail des zones et de pièces, mais ils tendent également à accueillir des infrastructures à grande échelle exigeant des quantités considérables d’énergie pour fonctionner. Combinez tous ces facteurs au fait que l’on estime les pertes énergétiques de ces immeubles à 30 % et vous avez la recette d’une utilisation colossale d’énergie.

Les 5 principales sources de la consommation d’énergie des bâtiments commerciaux


1.    Éclairage

L’éclairage compte pour une portion significative de la consommation d’énergie des bâtiments commerciaux, et ce, pour plusieurs raisons. Il s’agit d’un besoin universel commun à tous les types de bâtiments commerciaux, mais illuminer des locaux commerciaux semble aussi avoir tendance à être synonyme d’un grand nombre d’ampoules, tout dépendant de la taille de l’immeuble en question. En outre, vous pourriez avancer qu’il y a plus de négligence comparativement à leur pendant résidentiel – l’habitude d’éteindre la lumière lorsque nous quittons une pièce n’est pas aussi ancrée en nous dans les locaux commerciaux qu’à la maison.

De plus, certaines entreprises pourraient décider de laisser les lumières allumées pendant de longues périodes (et même indéfiniment) à des fins de sécurité. L’éclairage a gagné en efficacité au fil des ans, et il s’agit souvent du premier point vers lequel les entreprises se tournent pour économiser sur les coûts énergétiques, mais il est encore aussi puissant et omniprésent

 

2.    Charge des prises électriques

Le concept de la bureautique n’est pas nouveau. Par exemple, les ordinateurs ont fait leur apparition dans les bureaux au cours des années 1950 pour gagner en popularité tout au long des années 1970.

Nous pouvons par contre difficilement nier que nous branchons plus d’objets électroniques dans nos prises que jamais auparavant. Les tours de bureaux sont remplies d’ordinateurs, mais aussi de moniteurs, d’imprimantes et de serveurs physiques, sans oublier les machines à espresso – la liste des appareils « essentiels » est longue.

Pourtant, ces bâtiments ne sont pas les seuls dont les prises sont surchargées. Songez à un établissement de santé qui utilise des outils de suivi et des appareils médicaux spécialisés. Quoique ces appareils fassent beaucoup pour améliorer le bien-être et la santé des patients, ils sont également très énergivores.

 

3.    CVC : climatisation

Pour accomplir notre meilleur travail, nous devons nous trouver dans une pièce tempérée. Dans plusieurs endroits du monde, cela signifie que nous devons nous fier à un système de climatisation, du moins une partie de l’année, et comme les températures sont en hausse partout sur le globe, le besoin de climatisation ne fera qu’augmenter. Il est donc logique qu’un impressionnant 45 % de la consommation d’énergie d’un bâtiment soit attribuable à son système de CVC, qui comprend le système de climatisation.

La plupart des systèmes de climatisation modernes ont deux fonctions : ils refroidissent l’air et en retirent l’excédent d’humidité. Les appareils de climatisation utilisés pour les bâtiments commerciaux doivent également être assez puissants pour modifier suffisamment la température d’un vaste espace, ce qui n’est pas une mince affaire.

 

 

4.    CVC : chauffage

Tout comme la climatisation, un système de chauffage perfectionné est essentiel dans les bâtiments commerciaux. Les systèmes de chauffage commerciaux les plus courants sont les chaudières, les pompes à chaleur et les chauffe-eau commerciaux à gaz (en format à accumulation ou sans réservoir).

Certains immeubles pourraient même nécessiter des systèmes de chauffage mécaniques plus puissants en raison de leur enveloppe (une manière élégante de parler de la barrière présente entre l’intérieur et l’extérieur d’un bâtiment). Dans les faits, il serait difficile de trouver un bâtiment qui ne doit pas du tout compter sur un chauffage mécanique.


L’un des problèmes des systèmes de chauffage est que les niveaux requis varieront en fonction du nombre de personnes présentes dans l’immeuble à un moment donné. De plus, comme les êtres humains tendent à circuler comme bon leur semble, ces chiffres peuvent grandement varier en une journée. Le concept de chauffage d’un bâtiment à un niveau standardisé est donc une pratique très inefficace.

 

 

5.    CVC : ventilation

Une ventilation adéquate est d’une importance capitale pour tout bâtiment, surtout lorsque l’espace est partagé par plusieurs personnes. Saviez-vous qu’une quantité importante d’énergie était consacrée à la ventilation efficace à l’intérieur d’un immeuble? Contrairement aux autres éléments de cette liste, la ventilation n’est pas quelque chose qu’on voit ou qu’on ressent au quotidien, il est donc facile d’ignorer sa présence.

La qualité de la ventilation d’un bâtiment est en partie déterminée par son architecture ou par la présence de ventilation naturelle (fenêtres), mais dans certains cas, il peut être nécessaire de faire appel à des systèmes de ventilation mécaniques. Ces derniers comprennent des ventilateurs et des systèmes de circulation d’air qui fonctionnent en remplaçant l’air vicié par de l’air frais provenant de l’extérieur. Ce transfert d’air consomme une quantité importante d’énergie, car l’air qui entre dans le bâtiment doit être chauffé ou refroidi pour assurer le maintien de la température intérieure souhaitée.